On a refermé la porte du café, baissé le store, coupé l’eau et l’électricité. On a ramassé la déco, rangé la cuisine, empilé les chaises, débranché la tireuse à bière. On a dit au revoir aux habitués, aux voisins. On a trinqué une dernière fois avec les bénévoles.
Merci à tous d’avoir fait de ces Cafés Oubliés un moment magique, convivial, festif, intergénérationel, populaire et heureux !
A bientôt pour mettre un peu d’art dans la vie, et de vie dans l’art (dixit Nicolas Bonneau).